Bernard

Dejonghe est à la recherche de l’envers de la lumière. Il joue avec les frontières. Se nourissant d’une méditation sur la matière, son œuvre a rompu avec l’univers de l’objet pour se concentrer sur celui de la minéralité, et sur les énergies mises en jeu par la fusion. Au bout du raisonnement, la forme disparait. Il considére le matériau comme un lieu poétique, sauvage, « un champ de possibles ». Et un support d’expérimentations. Son œuvre est une errance à la frontière de la réflexion scientifique et de l’art.

Carole Andréani—Revue de la Céramique et du Verre—Juillet 1997

 

Le musée de la mémoire et de la jarre
association « Les Amis du Musée »