Des fruits, des fleurs et puis des branches… Ou comment “herboriser” au musée